AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexionGroupes
Partagez | 
 

 Quel coach pour remplacer beugnot ?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
beibeul
As des As


Nombre de messages : 3160
Date d'inscription : 01/07/2010

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 13:03

baltazar21 a écrit:
Si CM amené du beau jeu ce sera déjà bien !!!
Parce que cette année c'était pathétique, vraiment.
La montée dépend de tellement de choses ...
Moi je m'en fout du beau jeu.
J'aime autant voir une belle défense et des joueurs qui se battent sur le terrain.

Le plus important c'est la montée, peu importe la manière, et on a plus de chances de monter avec une défense de fer faite pas des charognards qu'avec du beau jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5172
Age : 38
Date d'inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 13:20

Conférence de presse étonnante.
Aucun journaliste ne questionne sur le projet jeunes ?
Est-il toujours d'actualité avec Christian Monschau ?

Pour un club comme Nancy l'avenir passera par ce groupe de jfl, d'en faire des franchise players comme l'ont été Max Zianveni ou Cyril Julian, voir Samnick qui a été précieux.
Les années où l'on vivait au dessus de nos moyens pour recruter des très forts américains sont révolues, on doit toujours faire des paris. En cela un coach habitué à recruter pour les premières places de proa, je ne suis pas sûr que son "carnet d'adresse" sera très utile en prob.

On a des très beaux potentiels avec ces 4 joueurs. Ce sont les meilleurs jeunes vus depuis très longtemps au sluc. Le scénario catastrophique serait de les bencher, de rater la montée avec changement multiple d'américains en cours de saison, puis de repartir sur une feuille blanche en prob l'année prochaine. Cette année sera donc cruciale à bien des égards. On a voulu écarter un risque en embauchant Monschau, in fine ne serait pas-t-ton en train d'en prendre un plus grand en cas d'échec?

Prat a sans doute payé sa jeunesse face à un directoire plus âgé, la pression du challenge de la remontée la saison prochaine a orienté ce choix "rassurant" du coach âgé. à tort? rendez vous dans quelques mois pour être fixés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 6414
Age : 42
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 13:49

Pour ma part, rester sur le même optique,  à savoir parier sur le développement de nos jeunes est un  pari trop risqué.

D'une, parce que Chery est loin d'avoir les qualités que pouvaient avoir un Zianveni , profil qui se rapproche le plus de lui.Que l'on ne peut pas comparer un Vautier avec un Julian.

De deux, on a eu l immense chance que nos glorieux anciens restent au club de longues années, alors qu au vue de leurs potentiels, ils auraient pu partir très jeune, et surtout ne jamais revenir.

Certes, on n a plus les moyens de signer des Greer, Durham,Kirksay,Milisavlevic,Darden... mais çà CM et le club en sont conscient.

Si , toujours avec l'appui du réseau de CM (et de son frère, je suis persuadé qu'il travaillera en sous marin ) on peut signer 3 bons ricains qui feront le taf, on aura bien plus de chance de viser la montée( après le club a t il encore les moyens de pérenniser sa place en Pro A, c est un autre débat).

On l a vu, partir avec des US rookie, c est beaucoup trop casse gueule et les jeunes disparaissent souvent quand l'enjeu prend le dessus.

Les cadres doivent être les étrangers, il ne faut pas se tromper .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
baltazar21
Slucky 2ème Dan


Nombre de messages : 715
Age : 51
Localisation : beaune
Date d'inscription : 07/03/2009

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 14:06

beibeul a écrit:
baltazar21 a écrit:
Si CM amené du beau jeu ce sera déjà bien !!!
Parce que cette année c'était pathétique, vraiment.
La montée dépend de tellement de choses ...
Moi je m'en fout du beau jeu.
J'aime autant voir une belle défense et des joueurs qui se battent sur le terrain.

Le plus important c'est la montée, peu importe la manière, et on a plus de chances de monter avec une défense de fer faite pas des charognards qu'avec du beau jeu.

Pour moi une équipe qui défend de fer, c'est du beau jeu également! J'adore le jeu dijonnais par exemple.

cette année, rien n'était installé dans la durée. C'était moche en attaque et en défense je trouve.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5172
Age : 38
Date d'inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 14:16

La logique de monter à tout prix si on repart sur des recrutements de ricains au petit bonheur la chance ce sera redescendre les années suivantes. Quel intérêt?

Ce qui est risqué est de tout miser sur les étrangers, on devrait avoir retenu la leçon avec les dernières saisons de Monschau ou Weisz non?

Le fantasme des réseaux cachés, je n'y crois pas. Weisz et Beugnot avaient leur réseaux aussi.
Ce serait plus l'apanage d'un jeune coach d'aller chercher des joueurs dans les camps.
Il y a surtout de mon point de vue des agents qui vont au plus offrant, donc le réseau... on verra.

Pour la comparaison des jeunes, je compare les potentiels au même âge (19-20ans). Julian a 20 lors de sa toute première saison pro en 1994.
Chery se rapproche plus d'un Pietrus ou Bilba. Vautier il a un profil peu vu en Proa et clairement très intéressant mais différent de Julian aussi.

Bien sûr qu'on doit avoir de forts étrangers scoreurs, c'est ce qui nous a fait défaut cette saison mais l'ossature doit reposer sur les jfls qui sont au coeur du projet, si on voit plus loin qu'une éventuelle montée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rosaliedesbois
Slucky 1er Dan


Nombre de messages : 300
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 14:47

James a écrit:
La logique de monter à tout prix si on repart sur des recrutements de ricains au petit bonheur la chance ce sera redescendre les années suivantes. Quel intérêt?

Ce qui est risqué est de tout miser sur les étrangers, on devrait avoir retenu la leçon avec les dernières saisons de Monschau ou Weisz non?

Le fantasme des réseaux cachés, je n'y crois pas. Weisz et Beugnot avaient leur réseaux aussi.
Ce serait plus l'apanage d'un jeune coach d'aller chercher des joueurs dans les camps.
Il y a surtout de mon point de vue des agents qui vont au plus offrant, donc le réseau... on verra.

Pour la comparaison des jeunes, je compare les potentiels au même âge (19-20ans). Julian a 20 lors de sa toute première saison pro en 1994.
Chery se rapproche plus d'un Pietrus ou Bilba. Vautier il a un profil peu vu en Proa et clairement très intéressant mais différent de Julian aussi.

Bien sûr qu'on doit avoir de forts étrangers scoreurs, c'est ce qui nous a fait défaut cette saison mais l'ossature doit reposer sur les jfls qui sont au coeur du projet, si on voit plus loin qu'une éventuelle montée.

tout à fait d'accord , on ne part pas dans une construction du futur mais juste dans un nouveau deal avec une équipe de mercenaires qui vont arriver pour de l'argent ; j'ai regardé la dernière saison de CM à Gravelines et celui ci a utilisé le quota maximal de joueurs pour la saison avec des départs et arrivées nombreux un peu comme nous avec weisz ....pas vraiment rassurant pour une personne qui a pourtant un super réseau et un gros carnet d'adresses !!!!

ok il a fait un travail sur lui , il est là donc restons positif mais nous sommes loin du plan à deux ans déterminé par Barbé ; j'avoue être très étonnée d'avoir lu l'envie de GB de quitter le bateau en cours d'année comme quoi les grandes montées en puissance n'étaient que baratin si cela s'avére exact !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
claudius
Slucky 2ème Dan


Nombre de messages : 554
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 15:18

il y a de tres bon americains evoluant dans le chpt français et au moins pas de risque de se planter,et de changer plusieurs fois.
autant mettre le prix d'entree que de changer x fois et qui au bout de compte coute plus cher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 6414
Age : 42
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 15:24

Privilégier des US plutot que des JFL a aussi 2 gros avantages :

-Si on ne vise pas forcement le top niveau mais juste un niveau correct +, ils sont bien moins cher car l'offre est plus importante.

- S ils ne répondent pas aux attentes en cours de saison, on peut facilement les remplacer.Ce qui est quasi impossible pour des JFL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beibeul
As des As


Nombre de messages : 3160
Date d'inscription : 01/07/2010

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 15:54

lolo a écrit:
Privilégier des US plutot que des JFL a aussi 2 gros avantages :

-Si on ne vise pas forcement le top niveau mais juste un niveau correct +, ils sont bien moins cher car l'offre est plus importante.

- S ils ne répondent pas aux attentes en cours de saison, on peut facilement les remplacer.Ce qui est quasi impossible pour des JFL
Personne ne te dit qu'il faut privilégier des JFL.
On te dit juste, qu'il faut bâtir sur eux, encore plus quand ils sont talentueux.
Si on veut construire sur plusieurs années, il n'y a pas le choix : un US qui flambe, on a de grandes chances de ne pas le revoir, il partira, dans la majorité des cas, au plus offrant ; même quand ils ont des contrats sur plusieurs années, ils ne les respectent pas, sauf quelques cas particuliers. Alors qu'un JFL formé au club aura des attaches dans la ville et a plus de chances de rester.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esslem54
Slucky 2ème Dan


Nombre de messages : 514
Date d'inscription : 19/07/2013

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 16:23

beibeul a écrit:
lolo a écrit:
Privilégier des US plutot que des JFL a aussi 2 gros avantages :

-Si on ne vise pas forcement le top niveau mais juste un niveau correct +, ils sont bien moins cher car l'offre est plus importante.

- S ils ne répondent pas aux attentes en cours de saison, on peut facilement les remplacer.Ce qui est quasi impossible pour des JFL
Personne ne te dit qu'il faut privilégier des JFL.



On te dit juste, qu'il faut bâtir sur eux, encore plus quand ils sont talentueux.
Si on veut construire sur plusieurs années, il n'y a pas le choix : un US qui flambe, on a de grandes chances de ne pas le revoir, il partira, dans la majorité des cas, au plus offrant ; même quand ils ont des contrats sur plusieurs années, ils ne les respectent pas, sauf quelques cas particuliers. Alors qu'un JFL formé au club aura des attaches dans la ville et a plus de chances de rester.


Nan mais là,tu n'as aucune certitude de ce que tu avances..les Jeunes joueurs,sils confirment l'année prochaine et quon ne monte pas,peuvent ne pas faire de vieux os au SLUC...cest fini les joueurs qui font passer l'affectif avant largent..cest de plus en plus rare en tous cas..et dire que les américains partent à la moindre occasion comme des mercenaires ..ba on a vu avec falker..ou avec banks qui voilait rester..ou meme encore rush...bref..personne ne peut prévoir ce quil se passera l'année prochaine..il nous faut absolument du joueur référencé..avec nos jeunes..chery a réussi a s'imposer cette année..cest cool pour lui..mais bien la preuve dun gros malaise dans notre équipe et du recrutement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 6414
Age : 42
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 17:14

Exactement esslem54 thumright

Construire sur plusieurs années avec des jeunes JFL c est complétement utopique.Si un club plus riche veut prendre un de nos jeunes, il aura le dernier mot. Avoir un contrat ne veut plus rien dire.

Donnons la priorité aux US, et si on en dégotte un ,voir plusieurs qui veulent rester, c est banco pour le club.
Les Lewis, Durham,Kirksay,Ricardo, Falker c était quand même eux qui tenaient le club a bout de bras.Encore une fois, un Julian JFL dominant c était l arbre qui cachait la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vince
As des As
avatar

Nombre de messages : 4366
Age : 36
Localisation : Luxembourg
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 19:01

1/Les jeunes issus du centre de formation ne sont pour la plupart pas Lorrain et n'on aucune attache particulière avec la ville et la région.
C'est des jeunes qu'on va chercher dans toute la France quand ce n'est pas à l'étranger.

2/La formation peut avoir du bon si on respecte les contrats que l'on fait a nos jeunes JFL et les clauses qui on font parti.
Exemple...Si Narace voudrait quitté le Sluc avant la fin de son contrat il faudrait que le club qui le désire lâche un bon chèque.
Quand on forme un jeune qui est drafté en nba au 1er tour le club formateur touche une somme non négligeable.

Vautier au vu de sa première saison en Pro B et de ses 2m10 doit absolument être une réussite sportive ou bien nous apporter une plus value financière dans les années à venir tout comme Narace a qui on viens d'offrir un statut qui va lui permettre de vivre de son métier en France.

Faut construire et capitalisé autour de nos jeunes,du moins les 3 plus talentueux.

Le nerf de la guerre c'est le pognon et ces dernières années le budget baisse chaque saison,a moins de trouver un gros investisseur ou bien un président fortuné il faut tout misé sur les jeunes.

Depuis Julien et Zianvenni le Sluc n'a sorti aucun professionnel de premier plan de son centre de formation

Envoyé depuis l'appli Topic'it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 6414
Age : 42
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 19:22

Respecter un contrat, ou au pire payer l indemnité qui est prévue, c est la base, sauf qu'ici on est au Sluc.

Un premier tour de draft c'est environ 500 000 $, mais on n'est pas concerné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques SANTINI
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 5319
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 20:02

lolo a écrit:
Exactement esslem54 thumright

Construire sur plusieurs années avec des jeunes JFL c est complétement utopique.Si un club plus riche veut prendre un de nos jeunes, il aura le dernier mot. Avoir un contrat ne veut plus rien dire.

Donnons la priorité aux US, et si on en dégotte un ,voir plusieurs qui veulent rester, c est banco pour le club.
Les Lewis, Durham,Kirksay,Ricardo, Falker c était quand même eux qui tenaient le club a bout de bras.Encore une fois, un Julian JFL dominant c était l arbre qui cachait la forêt.

C'est vrai un US qui reste plusieurs années c'est super, j'ai encore en mémoire les James Banks, Lewis, Kirksay, Hayes, Greer's Bros...
Mais n'oublions pas les Sylla, C.Lion, Keita, Cerase et plus près de nous Julian, Zianveni, Samnick, voire Sy et Sene...
Franchement, voir un jeune joueur français (JFL maintenant) se développer dans son club de coeur et jouer un rôle majeur... c'est quand même bien !
Et ce joueur peut apporter beaucoup aussi en affectif et en attractif pour les partenaires.

Mais effectivement, il y a toujours un risque...
Même les grands clubs formateurs (Le Mans, Cholet, Chalon) ont perdu quelques pépites...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vince
As des As
avatar

Nombre de messages : 4366
Age : 36
Localisation : Luxembourg
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 20:12

lolo a écrit:
Respecter un contrat, ou au pire payer l indemnité qui est prévue, c est la base, sauf qu'ici on est au Sluc.

Un premier tour de draft c'est environ 500 000 $, mais on n'est pas concerné.

On aurait pu avec Govindy...mais on a plus d'équipe espoir.
D'ailleurs il a quand même fait 2 saisons au Sluc,si Cholet est correct et que notre président est perspicace,on est censé récupèré une partie de la somme si Govindy est drafté au 1er tour en 2019 ou 2020.

Envoyé depuis l'appli Topic'it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 6414
Age : 42
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 20:48

Si Cholet est correct... Encore une fois il faut arrêter de rêver.De plus Govindy est loin d être first round.Quand les scouts NBA vont creuser l aspect psy du bonhomme, il va vite descendre dans les previews.
Il s est tout de même fait virer du Sluc pour comportement incompatible avec l'exigence du sport de haut niveau.

Pour l'anecdote, quand je demandais à P Verdiere si Zaki était son plus gros regret en mode bousillage de carrière, il m'a répondu non, c est Govindy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vince
As des As
avatar

Nombre de messages : 4366
Age : 36
Localisation : Luxembourg
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 21:35

Rodrigue Mels c'est pas mal aussi...

Envoyé depuis l'appli Topic'it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cougnews
Slucky 1er Dan


Nombre de messages : 385
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    13/6/2018, 22:47

Citation :
Depuis Julien et Zianvenni le Sluc n'a sorti aucun professionnel de premier plan de son centre de formation
Même si on a eu quelques exceptions qui ont fait une petite carrière et qu'on peut tout de même parler de Sene (Silla aussi) c'est une vraie question.
Depuis des années le centre de formation a des bons résultats, construit de bonnes équipes avec un bon niveau global. Mais sans joueurs pour l'équipe pro... est-ce que son objectif était de gagner des matchs ou de sortir des joueurs. Pierre si tu nous lis, tu peux nous répondre car c'est un vrai débat Smile Après je sais que le recrutement d'un jeune est presqu'aussi compliqué que le recrutement d'un pro. Parfois pire car certains ont des exigences, notamment en terme de temps de jeu pro sans avoir montré qu'ils étaient capables.
Le projet jeune aura d'ailleurs surement cette vertu que d'attirer d'éventuels prospects qui se diront que le Sluc fait jouer ses jeunes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques SANTINI
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 5319
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    23/6/2018, 15:36

Article de la Semaine :

Les Bons Plans de...
Christian Monschau, le bonheur est sur le parquet
Par Pierre TARIBO • Journaliste de La Semaine • 22/06/2018


Le nouvel entraîneur du SLUC s’est tout de suite mis au travail. Portrait d’un passionné déterminé.

Ce  qui frappe en premier c’est la silhouette. Lorsqu’il sort volontairement du jeu pour prendre une année sabbatique, Christian Monschau n’a plus l’habitude de soigner sa ligne. L’embonpoint s’est installé depuis un bon moment. Il rompt alors avec sa vie d’avant et cette bifurcation lui est physiquement et moralement profitable. « Dans ce métier, on ne pense pas à soi. Je voulais absolument couper un an. Je me suis entouré d’une équipe qui m’a boosté : médecin, nutritionniste, ostéopathe, préparateur physique. J’ai fait de la marche, de la natation, de la gymnastique, du vélo, puis de la course à pied. Au final j’ai perdu 35 kilos. »



Cela fait longtemps que le cheveu a viré au blanc mais le corps affûté par ce régime intense, il aborde le temps d’après en ayant l’air d’avoir rajeuni. Une chose est sûre : il a tiré du positif de la situation, mais comme il n’est pas du genre à rester longtemps sur le ponton, il est ravi de voir la parenthèse se refermer.

« Au fur et à mesure que la forme revenait, la passion était de retour. »
L’avait-elle d’ailleurs jamais quitté ? Toujours connecté au monde du basket, la fatigue et le stress en moins, il suit les choses avec plus de légèreté et toujours avec autant de curiosité. « Je suis allé dans les salles voir des matches. Je me suis rendu compte que j’étais toujours quelqu’un de curieux mais que la façon d’exercer notre métier enserrait cette curiosité. »



Ce qui étonne, c’est sa façon de rester au centre du cercle de raison, de relativiser, alors qu’on le sait addict à la compétition, bouillant au bord du parquet. Ce n’est pas pour rien qu’il est matheux et cartésien, fou de statistiques, archiviste de la mémoire, capable de vous faire revivre l’action d’une rencontre vieille de plus de dix ans. Là, il tire son énergie de l’état de veille qu’il s’est imposé comme un besoin vital, une nécessité de se régénérer après des années à jouer les horlogers d’équipe. Un travail qui exige une patience à tout épreuve et une minutie d’inventeur.



Il raconte qu’il se sentait bien à Saint-Malo où il a établi domicile depuis son départ de Gravelines, mais derrière le récit d’une existence plus douce et moins épuisante, on sent l’envie de replonger. La plage de repos n’était pas le cadenas des amours mortes. Au contraire c’est le meilleur moyen de repartir pour un autre séquence qui se déroulera à Nancy.

Double regard
Tout jeune, il vient au basket parce que ce sport a façonné son enfance. « Mon papa et ma maman nous ont inculqué à mon frère Jean-Luc et à moi-même, cette culture. On est tombé naturellement dans la marmite. Familialement tout tournait autour de ça. »



La balle orange occupe largement sa zone de pêche mais il regarde plus loin. Il mène une carrière de joueur mais ne néglige pas les études. Il obtient son diplôme d’ingénieur chimiste, mène de front les deux activités avant de choisir l’hémisphère sportif. « Ce n’est pas une perte pour la chimie… Mais j’ai été très heureux d’avoir été un universitaire. Je suis content que dans SLUC, il y ait le « U » d’universitaire. »



Sa richesse intellectuelle, le regard qu’il porte sur la société, la vie, le sport, viennent de cette double approche et de sa diversité. Il évoque les lieux où il a opéré, rappelle qu’il n’a pas l’âme baladeuse : « Je suis quelqu’un de fidèle qui, mon parcours l’atteste, reste longtemps dans le même club », dit que l’aventure à laquelle il s’attaque le séduit.



Il a l’expérience, les compétences techniques et la carapace pour supporter le poids des attentes du public et les angoisses inhérentes à la fonction, surtout à la tête d’une équipe qui rêve de retrouver les splendeurs d’autrefois. « La pression, c’est l’ADN du métier, elle fait partie du quotidien. Quand on perd on est dévasté, on regarde la vidéo, on pense déjà à la suite. Quand on gagne on veut revoir les joueurs et une seule idée nous guide continuer à progresser. »



Etre coach, c’est courir après l’absolu avec les moyens du bord, être en symbiose avec la partie dirigeante, mettre son imprimatur sur le jeu, gérer les hommes, opérer avec une ferme franchise, rassurer, secouer, convaincre tel ou tel virtuose de ne pas empoisonner le reste de l’orchestre, imposer une méthode, une philosophie. C’est le travail d’un maître tacticien doublé d’un manager de groupe qu’il façonne à son image. « Je suis arrivé avec une page blanche. La semaine dernière j’étais à cent lieues de ces sujets. Disposer d’un effectif en partie déjà établi, c’est quelque chose qu’il faut intégrer. »



A 59 ans, il sait comment tenir les rênes. Pas la peine de se faire un film ni de se fixer sur la réputation un rien  autocratique de celui qui veut rester maître dans son fief. Il vient avec ses principes, sa façon de faire éprouvée sous d’autres cieux et son caractère bien trempé.

Ecrire son histoire
Quels seront ses rapports avec le président Philippe Durst ? « Les premières rencontres sont souvent déterminantes. Il y a une relation qui s’établit, un discours qui passe. » Christian Monschau sait qu’il ne sera pas comptable des paroles d’usage du nouveau venu mais du bilan. Alors tout juste arrivé et le temps médiatique passé, il se met au boulot en hiérarchisant les priorités. Son objectif ? Rendre enthousiasme et fierté aux désabusés, aux mélancoliques qui se languissent des émerveillements d’antan. Lui ne se prosterne pas devant la fresque laissée ici par son frère Jean-Luc. Il est là pour écrire son histoire.
Concret, frontal au besoin, motivé, il est prêt. La suite s’écrira sur le parquet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vince
As des As
avatar

Nombre de messages : 4366
Age : 36
Localisation : Luxembourg
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Quel coach pour remplacer beugnot ?    23/6/2018, 18:15

Pour moi un coach d'expérience qui a pris une année sabbatique et qui revient avec les crocs ça peut être une aubaine.
Rien que par rapport à son frangin,le nom Monschau me rassure.

Après son discours sur l'objectif de montée m'a bien plu.
Si on monte ça sera grace à tous le monde si on y parvient pas,ça sera de sa faute.
Il doit lire le forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quel coach pour remplacer beugnot ?
Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du SLUC Nancy Basket :: News SLUC NANCY-
Sauter vers: