AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexionGroupes
Partagez | 
 

 Archive: retour sur l'année 1980 en basket en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Supporter Couguars
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 5419
Localisation : Seichamps
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Archive: retour sur l'année 1980 en basket en France   Mer 25 Juin 2008, 15:27

En 1980, l'ASPO Tours décrochait son 2ème titre de champion de France (après 1976)

PREMIERE PHASE:


Un changement de règlement (un énième diront certains) sépare la saison 1979-80 en deux phases distinctes. Alors que l'année précédente, le champion était désigné au terme de la saison régulière, en 1980 est instaurée une poule finale à quatre. Les 4 premières équipes de la saison régulière se disputent en match aller-retour le droit d'accéder à la finale disputée en une manche sèche à Nantes. Christian Balzer, ancien joueur du SCM Le Mans, déclarait à propos de cette nouvelle formule: "Elle favorise nos projets, je le crois. Pourquoi? D'abord, dans la première partie du championnat, au moment même où nous devrons batailler ferme sur le plan européen (...) nous n'aurons plus la hantise à chaque match, de devoir nous battre à mort puisqu'il nous suffira de terminer dans les 4 premiers, ceux-ci étant qualificatifs pour le play-off d'où sortira le champion de France 1979-80".



Course à la première place:


Cette première phase se trouve dominée par 2 équipes très ambitieuses qui entendent bien faire tomber le champion manceau, l'ASPO Tours et l'ASVEL. Pour cela le coach tourangeau Pierre Dao, également sélectionneur de l'équipe de France, compte sur l'apport de sa nouvelle recrue en provenance d'Antibes, le multi-sélectionné Jacques Cachemire. La conservation du puissant pivot américain Cliffton Pondexter, ancien Bull de Chicago, et du meneur des Bleus Jean-Michel Sénégal, ne fait que confirmer l'ambition tourangelle. Après être retombé dans le rang suite au titre 1976 (7ème en 77 et 78, 4ème en 79), les tourangeaux visent un nouveau sacre. Pourtant après un début plus que correct (2 défaites et 1 nul à l'issue de la phase aller, et oui à l'époque en cas d'égalité à la fin du temps réglementaire on ne jouait pas de prolongation), la tension monte dans les vestiaires. Un nouveau revers à Lyon pour le 1er des matches retour donne même des envies de départ au coach. Le groupe réagit aussitôt en remportant le choc au sommet à Villeurbanne (79-81) et l'équipe s'envole en enchaînant 9 succès de suite qui la conduise à la première place de la saison régulière (20V 2N 4D).

Mieux partis, les villeurbannais (4 victoires sur 4) doivent céder leur place de leader lors de la phase retour mais concrétisent globalement les espoirs placés en eux (20V 6D). Dans les 3 premiers depuis 2 ans, le club le plus titré de france vise un 15ème championnat. Le président De Barros ne cache pas ses objectifs: "Les supporters sont déçus de notre 3ème rang en championnat derrière Le Mans et Caen. (...) Il faut reconquérir le titre, 1er objectif, et sacrifier la coupe Korac". L'équipe rhodanienne déclare ainsi forfait en coupe d'Europe et compte sur ces deux jeunes espoirs français Jacques Monclar (22ans) et Philippe Szanyiel (19ans) ainsi que sur l'américain Ted Evans (27 ans, 2.07m) pour aider la légende Alain Gilles (34 ans) à franchir le cap. Un difficile mois de décembre (défaite contre Nice, Tours et Antibes) relègue l'ASVEL derrière l'ASPO que l'entraîneur André Buffière place en favori: "Tours ... si je dois donner un nom de prétendant au titre."



Course à la poule finale:

Derrière ce duo, sept équipes se disputent les 2 dernières places qualificatives. Le champion de France manceau fait figure de leader de ce groupe mais peine lors de la phase aller, enregistrant 4 défaites de rang (Tours, Stade français, Asvel et Monaco). Le "Moderne" est en crise avec la blessure du pivot américain Greg Parham, le renvoi de l'autre US Bill Lindsey, le nez cassé d'Hervé Dubuisson et le différend opposant les deux "stars" françaises Eric Beugnot et Hervé Dubuisson. L'entraîneur Bob Purkhiser est même obligé de reprendre du service sur le terrain pour écoper un navire commençant à prendre l'eau. Ce n'est au final qu'à l'ultime journée que les sarthois (15-1-10) compostent leur ticket pour la poule finale en disposant de Mulhouse et en profitant de l'échec caennais à Limoges.

La quatrième équipe qualifiée apparaît comme le cendrillon de la compétition. Champion de France de N2 l'année précédente (notre ProB actuelle), le Stade Français Evry n'était pas attendu dans le quatuor de tête. Mais Jacky Renaud parvient d'entrée à créer l'osmose autour des expérimentés Dorigo (36 ans) et Longueville (33 ans) et des jeunes Wansley (23 ans), Cazalon (22ans) et Cham (20 ans). Après 4 journées les parisiens occupent la tête avec les villeurbannais. Il s'en faut même de 2 lancers-francs de Cachemire à quelques secondes de la fin pour empêcher l'Agora d'exploser (77-77). Troisième à l'issue des matchs aller, le Stade se maintient au sommet (15-1-10) en ne commettant aucun faux pas, ces seules défaites étant concédées contre les "gros (Caen, Orthez, Asvel, Tours, Le Mans et Antibes).

Derrière Caen et Orthez échouent d'un petit point (15-11). Toujours sur le podium mais jamais gagnant depuis 1976, le Caen BC connaît une intersaison agitée. Les finances sont dans le rouge et l'ambiance s'en ressent. Victor Boistol et Yves-Marie Vérove font leurs valises, ce dernier déclarant "là-bas, je vais être plus tranquille (à Limoges). Plus de magouille" (assez drôle d'ailleurs quand on est connait la suite). Même Robert Riley l'américain naturalisé, au club depuis 1971, est tout prêt de partir. Deux échecs initiaux et les incidents du match contre Tours ne font que noircir le tableau. Les arbitres (Sorentino et Ducrotoy) sont agressés par les spectateurs après une défaite d'un petit point (77-78). Le président Badache ne calmait pas vraiment le jeu en déclarant "Pierre Dao influence les arbitres par ses doubles fonctions d'entraîneur de l'équipe de France et de l'ASPO Tours." Malgré la suspension de la salle, l'équipe des frères Galle était enfin lancé (5 victoires de suite en championnat). Pour intégrer le top 4, les normands devaient remporter les 2 derniers matches. Leur route croisait alors celle d'un opposant direct l'Elan Bearnais Orthez. Le successeur de Jean Luent, George Fisher était en effet parvenu à former un groupe redoutable notamment dans sa mythique Moutète (3 défaites seulement) autour du jeune américain Paul Henderson, successeur de Bill Lindsey, et des français Larrouquis, Hufnaghel ou Bisseni. Mais la fatigue de la coupe d'Europe finissait d'user l'équipe qui s'inclinait 3 fois sur les 5 derniers matches dont celui à Caen (91-80) sous l'impulsion d'un formidable Didier Dobbels (32pts). Les Caennais avaient leur destin en main en se déplaçant en terre limougeaude. Mais face à un CSP luttant pour son maintien, les caennais s'écroulaient (97-76) laissant passer leur chance.

Dans la roue de Caen et Orthez, Mulhouse et Monaco échouaient aussi de peu (14-12). Champion de N2 en 1978, les alsaciens pouvaient compter sur 2 joueurs d'exceptions, le naturalisé Barry White (rien à voir avec le chanteur ou Gilles Grospaquet) et l'américain Cliff Meely. L'ancien joueur NBA à Houston et aux Lakers ne laissait pas Buffière insensible: "Meely est un joueur explosif. Il a battu à lui seul l'Asvel. Il sait tout faire sur un terrain. Bon nombre de joueurs ont à apprendre les fondamentaux. Toujours est-il que le Mulhousien les détient sur le bout des ongles." Malheureusement la saison ne devait pas être aussi brillante que prévue. White se blessait (métacarpe main droite) dès le 4ème match lors d'une victoire à Limoges (94-97) et l'équipe échouait lors de l'ultime journée en sombrant sur le parquet de manceaux finissants en boulet de canon (105-82). Pour Monaco en revanche l'heure n'était pas à la déception tant l'objectif avait été atteint. Au début de la saison le président Quenin avait mis les choses au point en déclarant: "en 1950, Monaco avait terminé 2ème... Nous avions joué la finale. Trente ans plus tard, nous sommes encore là. La prudence nous est dictée par l'expérience de la compétition". Après un début difficile (3 défaites en 4 matches) le groupe monégasque autour du meneur Robert Zuitton, de l'américain Mike Stewart et de l'international Georges Brosterhous avait parfaitement rempli ses objectifs.

Le maintien:

Pour l'Olympique d'Antibes, le titre de 1970 avec le Portoricain Dan Rodriguez ou les deux internationaux français Jean-Claude Bonato et Jacques Cachemire était bien loin. Des problèmes financiers récurrents poussaient le nouveau coach Jacques Paquet à la prudence en visant les 6-8èmes places. Malgré un effectif de qualité autour du meneur Sylvain Grzanka, remarquable distributeur, de l'athlétique Saint-Ange Vébobe, de Charles Brakes, Ulysse Gruda ou de l'US Robin Jones, les antibois devaient lutter jusqu'au bout pour éviter de jouer la poule de relégation promise aux 4 derniers. Pour rajouter à la pénible saison, la salle était suspendue après l'agression de l'arbitre Yvan Mainini (actuel président de la FFBB) par les spectateurs. Après Mulhouse et Caen, l'agression à Antibes poussait le journaliste de l'Equipe, Jean-Pierre Dusseault à pousser ce cri d'alarme, "le jour n'est pas lointain où la mort frappera dans le petit monde du basket français". Pour Nice en revanche, la saison fut plus joyeuse. Jouant le maintien après avoir sauvé de peu sa peau l'année précédente, les Niçois purent compter sur l'excellence de leur nouvel américain Richard Darnell dit "Buffalo Bill" pour décrocher 5 victoires lors des 6 dernières rencontres et maintenir l'écart avec Limoges, première des quatre équipes devant jouer un avenir incertain dans la poule de relégation.



La relégation:

Malgré les renforts de Vérove (Caen) et de Deganis (Racing), le CSP devait galérer toute la saison devant remettre son avenir dans une périlleuse poule de maintien. Les problèmes de genou de l'international Apollo Faye furent au cœur des problèmes de l'équipe limougeaude. En cette difficile saison régulière, le match à domicile contre Tours fut un vrai moment de bonheur. Malgré l'égalisation de dernière seconde de Pondexter sur 2 lancers-francs (104-104), le public "vert" pouvait fêter ces héros. Faye avait impressionné au rebond alors que Vérove, Moltimore et Livio jouait les maîtres d'œuvre.


Livio, Dacoury et leurs ... afro




Pour Vichy, l'issue faisait peu de doutes. Coach Besson avec les moyens du bord dirigeait un groupe qui ne lâcha rien jusqu'au bout comme le prouve la victoire vychissoise sur Le Mans lors de l'avant-dernière journée alors que les champions de France jouaient leur qualif pour la poule finale. Mais malgré le 2ème scoreur du championnat, l'américain William Howard, Vichy ne pu éviter la terrible poule de relégation. En revanche pour la CRO Lyon (La croix-Rousse), la déception était grande tant l'effectif semblait de qualité. L'équipe possédait en effet un joyau en la personne du scoreur-rebondeur Floyd Allen. Meilleur marqueur du championnat (32.19pts par match), il ne put guider sa team vers les succès après une phase aller catastrophique (2 victoires seulement) mais marqua les esprits contre le futur champion de France en plantant 53pts à la défense tourangelle.

Enfin Berck en finissait de mourir. Confrontés à de graves soucis financiers depuis 1976, le club de la côte d'Opale s'écroulait sportivement en ne remportant qu'une seule rencontre contre des Limougeauds toujours en difficulté à l'extérieur.

CLASSEMENT FINAL: 1- TOURS 68pts ... 2- Villeurbanne 66pts ... 3- Le Mans 57pts ... 4- Stade Français-Evry 57pts

5- Orthez 56pts ... 6- Caen 56pts ... 7- Monaco 54pts ... 8- Mulhouse 54pts ... 9- Antibes 50pts ... 10- Nice 50pts

11- Limoges 46pts ... 12- Lyon 42pts ... 13- Vichy 42pts ... 14- Berck 28pts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Supporter Couguars
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 5419
Localisation : Seichamps
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Archive: retour sur l'année 1980 en basket en France   Mer 25 Juin 2008, 15:28

(suite)

DEUXIEME PHASE:

Poule finale:

Le Stade Français continuait de surprendre en dominant chez elle l'Asvel sur un bras roulé de Michel Longueville à 20 secondes de la fin et malgré une dernière tentative d'Alain Gilles (90-89). Le déplacement villeurbannais au Mans s'avérait dès lors décisif puisque les manceaux s'étaient aussi inclinés chez le voisin tourangeau après une âpre lutte (79-76). Nouveau match aux couteaux et nouvelle courte défaite pour les banlieusards lyonnais (101-99). Buffière ne perdait pas pourtant confiance: "Daniel Haquet et Evans sont en forme alors pourquoi se décourager". Il avait raison puisque son équipe faisait chuter le leader tourangeau, invaincu jusqu'ici après une victoire arrachée à l'Agora 95-98, malmené par un Szanyel bouillant (31pts et victoire 95-85). La victoire mancelle sur le stade, 80-65, clôturait la phase aller en laissant l'espoir à tous (Tours et Le Mans 2V-1D, Asvel et Stade 1V-2D).

La phase retour débutait par l'échec retentissant de l'ASPO sur le parquet manceau 93-76. L'Asvel n'éprouvait pas de mal à vaincre des stadistes (110-90) en perte de vitesse, le tout devant les caméras de TF1, et revenait du coup à égalité avec les tourangeaux à la 2ème place. Ces derniers disposaient du Stade lors de l'avant dernière journée tandis que les verts faisaient voler en éclat la défense mancelle (104-91). Tout allait se jouer sur la dernière journée entre Tours, l'Asvel et Le Mans, tous à égalité. Les champions de France semblaient posséder les meilleurs chances en se déplaçant chez des parisiens déjà éliminés. Mais le Stade était décidé à jouer son rôle jusqu'au bout et poussa les manceaux à un match nul qui aurait même pu se transformer en défaite sans un panier de Parham à 3 secondes de la fin. Dans le même temps, le choc Tours-Asvel battait son plein. Menés de 20pts, les Verts réalisaient un retour incroyable. A égalité à 86-86 et 45 secondes à jouer, Jean-Michel Sénégal et Gérard Brun annonçaient la défaite mancelle à Alain Gilles. Cette fausse info eut-elle un impact réel sur l'issue du match? Toujours est-il que Cachemire arrachait la victoire lors de l'ultime seconde condamnant les espoirs de finale des villeurbannais (88-86). André Buffière ne décolérait pas à la fin du match: "ce n'est pas réglo. Par cette tricherie, ce n'était pas gagné mais au moins nous pouvions l'espérer." Le titre allait donc se jouer entre manceaux et tourangeaux en une manche sèche à Nantes.



Poule de relégation:

Cette phase se dispute en 2 temps. Les 4 dernières équipes de l'élite (Limoges, Vichy, Lyon et Berck) se rencontrent en match aller-retour. Les 2 derniers sont rélégués en division inférieure alors que les 2 premiers se qualifient pour une 2ème poule où ils doivent croiser le fer avec les 2 premiers de N2. Dans ce nouveau groupe, les équipes ne se rencontrent qu'une fois en terrain neutre et les premiers restent ou intégrent l'élite tandis que les 2 derniers sont relégués à l'étage du dessous.

Lors de la 1ère phase, dite poule des barragistes, Limoges se baladait remportant 5 de 6 matches. Seul un nul concédé à Vichy sur un lancer-franc du sénégalais Kaba (68-68) empêchait le CSP de réaliser le parcours parfait. Si ce nul fut sans concéquence pour Limoges, il n'en fut pas de même pour les 3 autres équipes en course. En effet ces équipes se neutralisèrent en remportant toutes un match dans les confrontations directes. Aussi ce match nul arraché par la JAV fut totalement déterminant puisqu'il qualifia l'équipe pour la 2ème phase, dite matches de barrages, et condamna donc Lyon et Berck à la N2.

A Compiègne, Limoges, Vichy, Avignon et Reims se disputaient les 2 tickets pour l'élite. Vichy craquait contre les 2 pensionnaires de N2 alors que Limoges faisait sans problème respecter la hiérarchie et assurait du coup son maintien. La 2ème place qualificative se jouait dans le match Avignon-Reims que les joueurs du vaucluse remportaient 76-69. Limoges pouvait lâcher un soupir de soulagement car comme l'affirmait le président Popelier, "nous marchions de toute évidence sur de la porcelaine. Notre situation était fragile. Il fallut Moltimore, Apollo Faye et toute l'équipe pour s'en tirer honorablement."

Les équipes classées entre la 5ème et la 10ème place devaient également disputer des matches de classement. Les 6 équipes étaient divisées en deux groupes de trois équipes. Caen et Orthez remportaient les 2 groupes pour se classer au final respectivement 5ème et 6ème du championnat, places qu'elles occupaient déjà après la saison régulière.


La Finale à Nantes:

Les double champion de France en titre tentaient de réaliser la passe de trois, un exploit seulement réalisé alors par l'ASVEL de 1955 à 1957. Mais les tourangeaux, premier de la phase régulière et de la poule finale, et vainqueurs de trois des quatre confrontations directes partaient avec un léger avantage. La finale fut un véritable combat et l'enjeu prit clairement le pas sur le jeu. Grâce à la formidable adresse de Gérard Brun (6/7) en première mi-temps, l'ASPO prenait les commandes pour ne plus les lâcher. La tension montait, le jeu était dur et les fautes pleuvaient. La maladresse mancelle aux lancers-francs condamnait le "Moderne" a abandonné sa couronne (72-66). En remportant les 3 phases, saison régulière, poule finale et finale, l'ASPO Tours avait bien mérité de soulever son 2ème et dernier titre de champion de France.


Je trouve ça intéressant de se replonger dans ce basket au final bien différent de ce qu'il est aujourd'hui.
L'ambiance dans les salles avait l'air d'y être beaucoup plus chaude, voire trop chaude (avec 3 incidents majeurs conduisant à des suspensions de salle).

Pour la formule du championnat, le sous-titre de cette saison aurait pu être: "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué".

Si 1980 fut loin d'être la plus belle année des clubs français en Europe, les résultats à cette époque étaient bien meilleurs qu'aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aircraft
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 8013
Age : 35
Localisation : au pied de la montagne vosgienne
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Archive: retour sur l'année 1980 en basket en France   Mer 25 Juin 2008, 18:40

pourquoi tu nous sort toutes les archives, surtout dans le hall of fame du SLUC ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 6234
Age : 41
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Archive: retour sur l'année 1980 en basket en France   Mer 25 Juin 2008, 20:28

ouias je vois pas bien le rapport scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Supporter Couguars
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 5419
Localisation : Seichamps
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Archive: retour sur l'année 1980 en basket en France   Mer 25 Juin 2008, 22:51

aircraft a écrit:
pourquoi tu nous sort toutes les archives, surtout dans le hall of fame du SLUC ??

Ben, je croyais que c'était la bonne place...
Désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aircraft
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 8013
Age : 35
Localisation : au pied de la montagne vosgienne
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Archive: retour sur l'année 1980 en basket en France   Mer 25 Juin 2008, 22:52

ben tu peux poster tes archives hors sluc dans la buvette, ce serait plus approprié je pense...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Supporter Couguars
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 5419
Localisation : Seichamps
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Archive: retour sur l'année 1980 en basket en France   Mer 25 Juin 2008, 23:00

Je pensais que c'était "archives" en général...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Supporter Couguars
Korac Winner
avatar

Nombre de messages : 5419
Localisation : Seichamps
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Archive: retour sur l'année 1980 en basket en France   Ven 27 Juin 2008, 22:52

Et puis en fait, cela n'interesse personne visiblement, pas même Dacoury avec sa coupe d'enfer...pas même la formule tordue du championnat à l'époque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Archive: retour sur l'année 1980 en basket en France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du SLUC Nancy Basket :: Hall of Fame-
Sauter vers: